Karim Basbous

Conférence

Architecture et dignité

Reanissance_italienne_et_architecture_du

Le prestige de l’architecture se mesure à l’aune d’une notion qui, à la différence du beau, de l’utile ou de la construction, est restée dans l’ombre des traités. C’est dans le berceau de l’architecture occidentale, à l’époque où l’art de bâtir était avant tout une offrande, que la dignité se fait jour, avec la colonnade sous fronton, visage du temple hellénique. La force de cette figure du portique laissera une marque si profonde dans les esprits que la production architecturale s’en inspirera au cours des siècles pour entretenir l’image de la dignité, au bénéfice du prince, de l’évêque ou de la collectivité.

Percer le secret de cette longévité et de cette universalité conduit à retracer la généalogie des multiples motivations derrière l’acte d’édifier. La dignité, qui a survécu à son premier visage, dont les maîtres modernes ont renouvelé l’expression, est ce au nom de quoi les pouvoirs ont occupé la scène et décoré la ville, mais aussi ce dont le projet architectural s’est nourri pour noyauter les savoirs constructifs, ennoblir la fonction pratique des murs et vaincre la disparité des lignes du plan, de la coupe et de l’élévation par la volonté d’un tout ordonnateur. Elle peut mobiliser un plan souverain, à l’image du naos détaché et autonome, comme l’illustrent la Nouvelle galerie nationale de Berlin de Mies van der Rohe ou la bibliothèque Exeter de Kahn, ou une certaine manière de défier la gravité, que l’on peut observer aussi bien dans les palais des communes italiennes du Duecento que dans la modernité brésilienne — comme la Faculté d’architecture de São Paolo d’Artigas —, ou encore l’art de soulever, dont certains projets corbuséens — notamment la Cité radieuse — sont l’éclatante manifestation.

Des premières cités occidentales à la ville postmoderne, cette notion éclaire d’un jour neuf les fonctions sociales du beau, mais aussi d’autres concepts majeurs tels que l’utilité, la gravité, l’échelle, la structure, l’ordre ou le décor. La dignité permet également d’interroger sous un angle inédit les conditions de l’invention, la quête de sens depuis le siècle dernier, la place des modèles dans l’imaginaire des architectes, notre rapport au luxe et à la grandeur et notre attachement aux places dont les bâtiments ont la garde.